Dernière danse à Pristina : roman / Julie Armen

Livre

Julie Armen

Edité par Ramsay , 2007

Officier de police, Yann s'est porté volontaire pour une mission de six mois au Kosovo. Là-bas, il rencontre Claire qui travaille pour des organisations humanitaires. Cette dernière est peu à peu envahie par le doute sur les bien-fondés des actions des ONG. Et puis il y a la rencontre de Zoran, un jeune Serbe... Premier roman.

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Un premier roman réussi 4/5

    J’ai été attirée par ce livre par la couverture, ainsi que le synopsis. Une évocation bien particulière est décrite dans celui-ci. Une guerre, non seulement de mots, mais d’hommes. Un contexte particulier où deux peuples sont devenus ennemis et se tuent , sans raison particulière, le plaisir de tuer, d’être le plus fort. Des hommes français, policiers se sont engagés dans cette mission pour six mois, certains ont été attirés par le gain, d’autres pour oublier, tel Yann. Ils sont là pour former des kosovars après l’indépendance. Claire, une jeune femme est chargée de missions humanitaires. Le conflit est là, la jeune femme a du mal à vaincre ses angoisses. La peur est quotidienne, les conditions de vie sont pénibles. Elle tente de se réfugier auprès de Yann. Il se donne à son travail, et à Claire. Mais il garde en mémoire, son amoureuse bretonne qui l’a quittée. Claire prend en charge un jeune Serbe, qui recherche son père. Elle le protège, l’aime à sa façon. «J'ai l’impression d’avoir été trompée, dit-elle. Ils trafiquent la drogue, les voitures, les êtres humains et même les organes.» L’auteur fut en poste à Pristina, militaire de carrière. et ayant vécu l’intensité d’un conflit interethnique dans toute sa complexité, a recrée l’atmosphère des Balkans .Avec force, Julie Armen nous dépeint un pays dévasté dans sa chair, le difficile travail des humanitaires, l’action ambiguë des services secrets de l’Est ou de l’Ouest, les pleins pouvoirs des mafias locales.

    par Claude de BRETTEVILLE L'ORGUEILLEUSE Le 19 décembre 2017 à 12:30